LE BAL DES POMPIERS


Le 14 juillet, les flonflons de la fête, les saucisses frites, le tour de France…

C’est souvent le grand débat qui anime l’Hexagone en cette période de liesse populaire, avec le vainqueur de l’étape du jour : le feu d’artifice, c’est le 13 ou le 14 ?

Nous ici à Liévin, dans le bassin minier, ça sera le 14, le tout précédé d’un concert de TiBZ.

L’occaz unique et gratuite de découvrir un artiste que je ne connais pas. Un peu comme à Sainte-Tulle en 2002, où là j’en avais pris, plein les oreilles avec Gold, à une époque révolue où Emile braillait tout seul.

Ohé ohé capitaine abandonné.

Ville de lumière

Qu’ont-ils fait de toi.

Alors qu’à Bully les mines par exemple, à quelques kilomètres de là, le feu d’artifice était le 13.

A 23H00.

Ou alors, pour ceux et celles que les grands gaillards musclés et rasés de près émoustillent. Et sans oublier la cerise sur le gâteau, cet uniforme si près du corps, … arrêtons là, ça devient torride !

Le bal des pompiers.

Danser une valse avec un de ces beaux soldats du feu, c’est quand-même mieux que de les caillasser.

Mais de toute façon, dès le lendemain, tout le monde s’en moquera un peu.

Dimanche, on a autre chose à faire.

C’est la finale.

On ne sait pas encore qui de Nadal ou Djoko se qualifiera.

Dans les deux cas, ça serait une belle renaissance sur le gazon londonien.

Surtout pour le chevalier sans gluten, qui semble errer sur les courts du monde entier depuis un an et demi avec son beau polo Lacoste.

Mais que l’un ou l’autre gagne le droit d’en découdre avec ce beau gosse de Kevin Anderson, ça me fait peur.

Très peur.

J’ai une telle admiration pour Roger, que cet abruti de Sud-Africain a osé renvoyer manger une fondue dans le Valais, que ça me stresse.

Depuis son invraisemblable comeback, le suisse a porté sa collection de grands chelems à 20 unités, soit 7 de plus que Pete Sampras qui aura un peu de mal à en gagner un 15e.

Par contre, Rafa est déjà à 17, et sans incident majeur on ne voit pas qui pourrait le priver d’enquiller encore deux ou trois Roland-Garros.

Novak n’est qu’à 12, mais attention à lui, surtout si son retour en grâce se confirme.

Bref, c’est la merde !

Le palmarès de Roger est en danger.

Kevin, si tu lis ces quelques lignes, sache que si tu remportes cette finale, je te pardonnerai peut-être de ce crime de lèse-majesté.

Ah oui j’oubliais, demain, il y a aussi 22 garçons qui vont cavaler près de dix bornes chacun pour gagner une petite coupette.

France / Croatie.

20 ans après 98.

On est tranquille, Davor Suker et Zvonimir Boban ne sont plus là.

Notre bloc-équipe fonctionne tellement bien, qu’on a l’impression que nos attaquants manquent de gaz au moment de faire trembler les filets adverses.

Mais depuis le grand Ajax, le club hollandais pas la poudre à récurer, on sait tous que le football est total.

Si nos attaquants défendent, nos défenseurs attaquent.

Et marquent même pas mal de buts.

Varane, Umtiti et Pavard y sont tous allés du leur, il reste juste à Lucas Hernandez, le quatrième larron, à mettre le sien.

Sérieusement, le peuple croate est resté littéralement traumatisé par la demie de 98.

Un truc de dingue.

Les joueurs à damier sont cramés et sont restés une heure et demie de plus que les français sur la pelouse. En plus, ils ont eu un jour de récup en moins.

Après une balade de santé dans le groupe D du premier tour, ils ont enchaîné deux qualif aux pénaltys contre le Danemark et la Russie, avant de sortir les anglais en prolongations.

Selon la moitié du verre que l’on envisage, on peut voir une équipe indestructible et immortelle, où alors des gars qui depuis trois matchs, ont laissé pas mal de plumes.

Chacun y va de son petit pronostic, et les consultants foot de tous bords passent de la moitié vide à la pleine, et lycée de Versailles.

Et bla bla bla…

Une fois encore, la vérité ne sortira ni des urnes, ni de la bouche des enfants, mais de la réalité du terrain.

Encore moins des analystes de pacotille passés maîtres dans l’art de nous raconter après la bataille:

« Je vous l’avais dit ».

Nos bleus, comme depuis quelques matchs, seront certainement difficiles à bouger.

Les croates aborderont la finale avec la dalle et quelques armes techniques dans leur besace.

Mais qui peut être persuadé de quoi que ce soit, surtout après un Mondial qui a réservé autant de surprises ?

On espère juste que Dédé et son staff n’aient pas fait leur première bourde de la compétition.

Pas celle de ne pas avoir appelé Benzéma, Lacazette ou Rabiot en Russie.

Non, vous n’y êtes pas du tout.

Pour être absolument sûrs de gagner ce match, il aurait fallu rappeler Thuram.

Le cauchemar de la Nation à damier.

Le gars qui a mis les deux seuls buts de sa vie en 98 contre les croates, même en comptant les récrés dans la cour du collège.

Manu si tu nous lis, passe s’il te plait un ptit coup de bigo à Vladimir pour qu’il change le règlement avant demain.

Normalement, il sait faire.

Demande-lui gentiment de faire le nécessaire pour qu’on puisse qualifier Lilian pour demain.

Et tant que tu y es, essaye de voir s’il peut faire un truc pour repêcher Roger en finale de Wimbledon.

You Might Also Like:

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com