LA FONCTION CRÉE L'ORGANE


C’est une citation de Lamarck qui nous vient tout droit du XVIIIe.

Le siècle, pas l’arrondissement.

Le bon Jean-Baptiste, on se demande encore pourquoi ses potes de bistrot l’appelaient JB, n’était pas un militant LGBT.

Et pourtant, le fringant biologiste élabora une théorie, le transformisme, qui n’a rien à voir avec ce qui se passe dans les travées d’un bois de l’ouest parisien.

JB, comme son collègue Darwin, était un naturaliste censé nous éclairer un peu plus que la Bible sur l’évolution des espèces. Sa deuxième loi nous énonce une probable transmission des caractères acquis, mais intéressons-nous un peu à la première.

La « loi d’usage et de non-usage » d’un organe, qu’on résume souvent par la célèbre formule, « la fonction crée l’organe. »

L’avantage, c’est qu’on peut l’expérimenter sans avoir un bac + 12 !

Buvez de la bière sans modération pendant six mois, et votre ventre poussera.

Si vos convictions vous en empêchent, remplacez la boisson au houblon par des big mac ou des tacos, le résultat sera identique.

De la même manière, faites des pompes et des tractions tous les jours, et vous verrez vos petits bras se muscler.

Regardez Cyril Hanouna tous les jours, et vous observerez une baisse significative de votre QI, qui finira inexorablement à deux chiffres.

Pour ceux dont c’est déjà le cas, la Banque Postale recrute.

Pour ceux qui voudraient le lire, on attend son premier livre.

CQFD, ça marche avec pleins d’exemples.

Malheureusement pas tout le temps, ni avec tous les organes. On connait des forcenés qui pourtant effectuent des exercices plusieurs fois par jours sans observer le moindre changement de dimension.

Bernard Ménez est un acteur chanteur français encore vivant.

Chantre du théâtre de boulevard côté planches, il a fait pas mal de films de Jean-Pierre Mocky.

Il a tourné avec quelques réalisateurs célèbres mais aussi « Nono Nénesse », « La frisée aux lardons » ou « Trop c’est trop ».

De là à dire que le mot nanar a été tiré de son prénom, il est une limite que je ne franchirai jamais.

Heureusement pour nous, il ne s’est pas cantonné à jouer des bouses, il en a aussi chanté quelques-unes.

De « J’aime pas les filles qui fument » à « Je me prends pour Al Pacino », en passant par « Faut pas s’fâcher », je vous suggère vivement de le réécouter…

Vous serez ensuite chauds pour revoir les films de BHL, véritable descente dans des drogues très très dures.

Vous pouvez aussi le lire, mais là, ça devient trop dangereux.

Le rapport de tout ça avec le transformisme n’est pas évident.

On peut juste se dire que Bernard aura du mal à gagner un oscar en tournant dans ce genre de films.

Certains dialecticiens diront que c’est précisément parce qu’il n’a pas de talent qu’il ne fait que des nanars.

L’histoire de la poule et de l’œuf…, encore et toujours.

Pierre Ménès est un consultant football sur Canal.

Sur la célèbre chaîne cryptée, il joue un rôle de trublion, grande gueule et chambreur, aux côtés d’analystes tous plus sérieux et mièvres que natures.

Un peu comme Julien Cazarre, mais en moins drôle.

Beaucoup moins drôle.

Et parfois méchant.

Très méchant.

«Alors petit fils de pute, c'est où tu veux quand tu veux. Préviens juste la morgue. Le 'CFC' (n.d.l.r.: Canal Football Club)c'est 2, rue de Silly à Boulogne. J'y suis le dimanche 12. Ramène ta gueule, on verra si tu as autant de couilles»

Rien à voir avec ce que Pierrot aurait pu dire à propos d’un acteur du monde du football.

Non juste une réponse fleurie à un internaute qui avait gentiment traité sa nana de « michto », après une photo du couple enlacé dans une piscine publiée sur Insta.

Autant dire que ce gars a le sang chaud.

Parfois la rage.

Je ne sais pas après quoi, mais autant Cazarre me fait vraiment marrer, autant je trouve nulles les réflexions que Ménès a pu se permettre sur des équipes ou des individus.

Rarement drôle, souvent méchant.

Comme ça, gratuitement.

Mais revenons à notre naturaliste transformiste.

Pierre Ménès est grassement rémunéré pour distiller son venin.

Alors pourquoi changer quoi que ce soit ?

D’autant que contrairement à son collègue Julien, Pierrot n’est jamais en face de ceux qu’il clashe.

Plus facile et certainement beaucoup moins dangereux. Et pourtant.

La fonction est évidente, l’organe se développe comme il se doit, selon le principe de ce bon Lamarck.

Vous aurez compris que je ne suis pas fan de ce Monsieur.

Et pourtant…

Canal, qui perd un a un tous ses fleurons sportifs, a sans doute décidé de réagir.

Pierre Ménès s’est retrouvé consultant tennis lors du dernier Master 1000 de Bercy.

Etonnant au départ, ce choix ne m’a pas choqué, même si on imagine difficilement ce gars sillonner le court pour renvoyer la balle jaune de l’autre côté.

En tout cas meilleur et plus intéressant que certains consultants pourtant anciens joueurs pro.

Je ne sais pas ce qui se passe, mais il s’est même retrouvé consultant foot du dernier Saint-Etienne/Nantes de notre Ligue 1.

Et là même constat.

Plutôt pas mal.

Presque bien, à suivre en tout cas.

Calme, punchy et pertinent.

Transformisme !

Si j’étais directeur des sports à Canal, je redéfinirais sérieusement le poste de Pierrot.

- Heu, le sketch de la valise, c’est fini…

- Ok chef, comme tu veux.

De toute façon, il ne pourra guère faire pire que Daniel Bravo…

You Might Also Like:

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com