L'ALLOCUTION


Tout va pour le mieux dans la sixième puissance mondiale.

La facture sera salée : des centaines de milliards pour quelques morceaux de polypropylène non tissé. Mieux que la dizaine qu’avaient coûtée les gilets jaunes.

Depuis 1999, le porte-avions Charles de Gaulle fend fièrement la houle des cinq océans. Il fait peser la lourde menace du feu atomique à qui aurait l’outrecuidance de menacer notre Mère Patrie.

Une fois en mer, on s’aperçoit qu’il manque quelques mètres au pont d’envol du fleuron technologique de notre dissuasion nucléaire. Les avions sont bien portés, mais ne peuvent décoller !

Quelques mois après, le vaisseau amiral de la marine nationale perd son hélice au large de la Guadeloupe…

Les mois de travaux s’accumulent pour ce bâtiment presque aussi souvent à quai qu’à flots.

En 2017, les ennemis de la France ont la gentillesse de patienter 18 mois, période de maintenance programmée dans la rade de Toulon. Un an et demi après sa remise en service, c’est un énième retour au bled, cette fois pour cause d’infection d’une cinquantaine de marins au coronavirus.

La défense nationale est à l’image du pays : elle se porte bien. La surveillance médicale est au même niveau que celle d’un obscur EHPAD de Picardie, en alerte rouge…

A 20H00, un célèbre golden boy picard va s’exprimer et montrer la voie qui sera celle de nos compatriotes pendant les prochaines semaines.

Quelques fuites nous ont permis d’avoir le texte de cette allocution tant attendue avec quelques heures d’avance :

Clap, clap, clap…

Crotte de bique, j’ai mal aux mains, la dernière fois que j’avais autant applaudi, c’était en 2011 au Vélodrome.

Françaises, Français, mes chers compatriotes, je tenais avant tout à rendre hommage à tous ces héros qui au péril de leur vie, en sauvent tant d’autres.

La Nation reconnaissante a décidé d’accorder la Légion d’honneur à titre posthume à ceux qui nous ont quittés.

Pour les autres tenez-bon, la lumière est au bout du tunnel.

En accord avec Michel-Edouard-Philippe, les instances médicales nationales, régionales, départementales, inter-communales, communales et vicinales, j’ai décidé de prolonger le confinement pour une période pouvant aller de quatre semaines à six mois.

Je sais les sacrifices qui sont les vôtres, et qui je vous l’annonce, le seront.

Mais ce pays, berceau des Droits de l’Homme qui tant de fois illumina le monde, ne peut pas laisser la nuit tomber sur notre civilisation sans réagir.

Une fois encore, nous serons le dernier rempart contre l’obscurantisme.

Soyons ambitieux, mes chers compatriotes, ne nous laissons pas abattre et profitons de cette période délicate pour redevenir la figure de proue du monde libre, la Patrie de Voltaire.

Retrouvons l’influence qui était la nôtre, avant que le mondialisme et la loi du marché ne prennent le pouvoir.

Rallumons ce phare, que nous n’aurions jamais dû cesser d’être…

Jadis au firmament de la production mondiale, notre industrie textile a été honteusement délocalisée par mes abrutis de prédécesseurs.

Il est temps de rapatrier chez nous ces métiers à tisser égarés dans d’improbables contrées.

En attendant mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, reprenez avec moi tous en cœur.

Ces étrangers tous plus ou moins barbares se sont accaparés la production de masques. Que devons-nous faire, je vous le demande avec force ?

Faut-il attendre que les autres se servent avant nous ?

Prenons donc les devant et produisons-les nous-mêmes.

Et pour ceux que la couture rebute, allons au plus simple.

Récupérez vos vieux slips, en priorité ceux avec des traces de pneu, ou mieux, confisquez les strings de celle qui partage votre vie confinée.

Si elle les réclame, dites-lui que c’est pour réactiver une libido en berne.

Collez donc tout ça avec de la super glue, un élastique et le tour est joué.

Pour les petits veinards qui ont un chiard en bas-âge, recyclez les couches après utilisation.

Mais attention bande de nazes, le remède ne doit en aucun cas être pire que le mal.

Je m’explique, pour les crétins qui n’auraient rien capté.

La mortalité due au confinement ne doit pas supplanter les vies qu’il sauve.

Attendez quelques semaines pour faire un AVC ou soigner votre petit cancer.

S’il vous plait, je vous le demande avec force.

Ne tuez personne !

Ne violez personne !

Attendez un peu.

Depuis le début, on vous dit que les gestes barrière sont les seuls qui puissent vous sauvez la vie.

La preuve, vous êtes bien vivants vous qui ce soir m’écoutez.

Alors continuez, continuons mes chers compatriotes.

Respectez une distance d’au moins un mètre entre vous, et éternuez dans votre coude plutôt que dans la tronche de celui qui vous fait face.

Et comme votre grand-mère n’arrêtait pas de vous le dire, ne te frotte pas les yeux et ne mets tes doigts dans ta bouche !

Ni dans ton nez espèce de porc.

C’est le meilleur moyen de vous faire infecter par le COVID-19.

Si vous avez les doigts qui fourmillent, laissez-vous aller à ce que la morale réprouve. Et rassurez-vous, la Haute Autorité de Santé m’a confirmé que contrairement à ce que disait cette vieille sorcière, ça ne rend pas sourd.

Pignolez-vous mes chers compatriotes, c’est bien moins dangereux que de bouffer vos crottes de nez.

Vive la République !

Vive la France !

You Might Also Like:

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com