L'ALBUM PHOTO


On a tous retrouvé un jour un vieil album-photo chez tatie Janine, jauni et poussiéreux à souhait : un mariage, un baptême et l’assassinat d’une pauvre dinde à Noël.

Les lecteurs perspicaces que vous êtes auront remarqué le côté catholique de cette famille, mais ça marche aussi avec les musulmans : il suffit de remplacer certains mots par circoncision, Aïd et mouton.

Et puis, au détour d’une page, on tombe sur la nénette de la cousine ou le kiki du cousin, vous pouvez mettre le prénom que vous voulez.

Rien de gênant à priori, il faudrait être un sacré pervers pour se rincer l’œil en matant un bébé bien dodu, nu comme un vers sur sa table à langer.

Et pourtant, il suffit de quelques verres de Ricard pour transformer tout ça en atteinte inadmissible à la vie privée.

On sait que la molécule d’éthanol, entre quelques menus défauts, a ceci de bien qu’elle désinhibe celui dont les neurones baignent dedans. Et qui dans ce cas, ne rate jamais l’occasion de se marrer un bon coup.

  • Mais pourquoi tu ouvres la porte Roger ?

  • T’inquiète, on va bien rire.

  • Mais que fais-tu ?

  • Oyez, oyez, bonnes gens !

  • Mais pourquoi tu gueules comme ça dans la rue ?

  • Qui veut voir la chatte de la Principale du collège Victor Hugo ?

  • Mais ça va pas !

  • Et y’en aura pour tout le monde, mesdames, approchez et venez donc jetez un œil sur la bite du commandant de police !

  • Mais tais-toi donc !

  • A moins que vous n’ayez une préférence pour leurs fesses talquées…

Il faut dire que les enfants de Tata Jeanine ont bien réussi, et occupent des postes à responsabilité.

Qui peut dire que de les voir dans le plus simple appareil pourrait nuire à leur brillante carrière ?

Après tout, on connait des superstars qui engrangent les millions malgré leur sextape qui circule sur les réseaux...

Une blagounette qui a moyennement fait rire la chef d’établissement quand des élèves malicieux lui ont demandé si elle était toujours épilée. Ni le policier qui s’est fait clacher sur la taille de son pénis par ses collègues d’outre-mer.

Il est parfois curieux de se dire que le sens de l’humour est inversement proportionnel au statut social. Et que ceux qui gravitent en haut de la cage d’ascenseur ont la procédure facile.

Ce bon Roger ne pensait pas que quelques anisettes l’amèneraient devant le Tribunal correctionnel de Moulin. Et encore moins qu’il y serait traîné par ses cousins !

Quand on vous disait que l’alcool n’était pas très bon pour la santé…

Mais le pire dans tout ça, c’est que Jeanine doit se retourner dans sa tombe.

La pauvre dame n’a pas survécu à ce drame familial, et un AVC vicieux est venu la faucher en plein loto, quelques semaines après cette triste histoire.

L’avocat de Roger, désireux de faire le maximum pour son client, n’a pas trouvé mieux que de charger la vieille tante.

Jeanine, pas le commissaire.

  • Enfin votre Honneur, pensez-vous que ce brave homme, résistant, père de famille et contribuable exemplaire, aurait eu l’idée saugrenue d’exhiber de telles clichés si cette peste de Jeanine P. n’avait pas eu la mauvaise idée de prendre ces photos ? De les mettre dans cet album et le laisser chez elle en libre-service ? N’est-ce pas la preuve irréfutable que la détentrice de l’autorité parentale considère qu’ils sont consultables par n’importe qui ?

Cette scène aussi amusante que fictive ne vous rappelle rien ?

Beaucoup sont très actifs sur les réseaux sociaux. Ils régalent leurs amis en les bombardant de stories toutes plus passionnantes les unes que les autres.

« En direct de la gare de Melun »

« A couru 1850 mètres en 27 minutes et trente-sept secondes »

« Dans la salle d’attente de mon proctologue »

Souvent palpitant, il n’y a pas que les petits cadeaux qui entretiennent l’amitié.

Mais attention !

Certains d’entre nous balancent pas mal de post sur leurs enfants, avec force photos. Sans voir à mal, souvent soucieux de partager un bonheur familial qui les inonde.

Mais se passera-t-il dans vingt ans ?

Quand la plupart de ces petits chéris auront la parole, et le contrôle de leur propre vie. En particulier de leur droit à l’image.

Certains chenapans n’hésitent pas à traîner leurs parents grabataires dans les prétoires, pour leur soutirer un peu d’oseille.

Ou leur reprocher un ptit câlin dans la douche.

Attention les amis, nous vivons dans un monde de plus en plus procédurier.

  • Niez-vous avoir posté une photo de votre fille Sabine le 17 juillet 2021 ?

  • Ecoutez votre Honneur, ça fait plus de 25 ans !

  • Reconnaissez-vous avoir photographié ses fesses sur la plage de Saint-Jean de Monts ?

  • Mais enfin, elle avait deux ans.

  • Savez-vous qu’aujourd’hui, son job chez Apple lui a été refusé au motif que cette Société n’engageait pas d’exhibitionnistes ?

  • Elle n’a qu’à postuler chez Lidl, ils sont moins regardants !

  • … En conséquence de quoi le Tribunal de Melun vous condamne à verser la modique somme de 27 000 € à votre fille pour préjudice à l’embauche.

  • Ne vous inquiétez pas, on s’arrangera.

  • Comment ça ?

  • Elle a été condamnée à me verser 3257 € par mois depuis que je suis en EHPAD.

You Might Also Like:

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com