LA GRANDE MUETTE


Le 25 octobre 2005 après un dîner bien calorique, le ministre de l’intérieur s’offre une balade digestive à la Dalle d’Argenteuil.

Il est chaleureusement accueilli par quelques dizaines de sympathisants, à coup de projectiles et de bienveillants : « Sarko, on t’encule ».

L’agité de la place Beauvau réagissait en promettant aux braves habitants de cette charmante bourgade qu’il allait les débarrasser de ces racailles.

Là encore, une promesse qui n’engage que ceux qui la croient.

Linda termine le vendredi à 12H00.

La feignasse !

A 14H00, la tête bien calée contre la fenêtre, elle est dans le TGV pour Lyon. Bientôt, elle écrase comme une petite fille, son paquet de copie attendra quelques minutes, ou quelques jours… Prof de français dans un Lycée professionnel de Melun, elle va retrouver sa Drôme natale pour les vacances de Toussaint.

Ce même jour, le 16 octobre à 17H00, un prof d’histoire sort de son collège et va pouvoir, comme des dizaines de milliers d’autres, se la couler douce pendant deux semaines.

Mais pas lui.

Abdoullach Anzorov en a décidé autrement, Samuel Paty finira brillamment sa carrière sur le pavé d’un trottoir de Conflans-Sainte-Honorine, avec légion d’honneur et palmes académiques.

C’est en arrivant chez ses parents que Linda apprend la nouvelle. Autant dire qu’elle démarre les vacances avec un petit goût amer dans la bouche. A après quelques godets avec ses potes, elle réussit à se détendre un peu.

Mais comme d’hab, cette conne de deuxième semaine succède trop rapidement à la première, avec sa montagne de copies à corriger.

Elle a suivi les tonnes d’hommages et les torrents d’indignation qui se sont déversés.

Cette fois-ci c’est sûr, les choses vont changer !

Le ministre lui-même tient des propos plutôt rassurants, et dès la rentrée, l’école luttera sérieusement contre la peste islamiste.

Le lundi de la rentrée, elle n’aura pas les 2MRCU1, les deux premières heures seront banalisées pour préparer la riposte : se mettre d’accord pour savoir quoi dire aux élèves.

Trois jours plus tard, la riposte laïque s’est réduite comme une peau de chagrin, la consigne officielle est de lire un texte bidouillé de Jean Jaurès avant une minute de silence qui s’annonce émouvante.

Les radicalisés à cartable n’ont qu’à bien se tenir !

Elle sait ce qui s’était passé en 2015.

Dans bien des cas, la minute n’avait eu de silence que le nom.

Les jeunes de la cité Montaigu n’étaient pas tous Charlie, et il y a peu de chance qu’ils versent une larme pour Samuel Paty !

Linda sent l’angoisse monter.

Elle s’est sentie tellement solidaire, presque blessée dans sa chair. Comme une mère qui souffre avec son enfant. Ou un père d’ailleurs.

Si elle s’est sentie comprise et soutenue il y a une dizaine de jours par le discours rassurant de Jean-Mimi, elle ne voit pas grand-chose venir dans ses actes.

Pire, elle sent bien qu’on l’envoie au casse-pipe, bien protégée par son ministre, Jean Jaurès et la loi du silence.

De la chair à canon !

Son TGV du dimanche soir est un corbillard qui la ramène à 300 à l’heure vers les faubourgs ensoleillés de la capitale de cette grande démocratie.

La matinée du 2 novembre 2020 s’annonce sous les meilleurs hospices.

Le vendredi 6, Jean-Michel Blanquer reconnait que l’hommage à Samuel Paty n’a pas été unanime dans tous les établissements en France. « Il y a eu environ 400 violations de la minute de silence… Dans des formes parfois légères, parfois lourdes… Bien entendu, chacune de ces violations est suivie de poursuites disciplinaires, parfois même il y a eu des poursuites pénales ».

Il y a eu « trois catégories d’incidents… 160 cas de refus de participation ou de perturbation de la minute de silence, 150 cas d’apologie du terrorisme et une petite centaine d’évènements, plus sérieux encore, dont certains (environ une dizaine) ont pu donner lieu à des poursuites judiciaires : menaces, dégradations, provocations autres ».

Comme elle l’avait pressenti, les 1éres PRO de Linda ne l’ont pas ratée !

Elle est sortie déconfite de son cours de 11H00, après une minute moins silencieuse que prévue.

Avec en prime une vision moyennement optimiste de son avenir professionnel.

Mais qu’elle garde la foi, des hordes de réserves citoyennes vont déferler sur les établissements publics, prêtes à venir en aide à tout prof qui aurait des difficultés !

Comme après 2015, où l’obscurantisme avait été maté par la puissance laïque et républicaine.

Elle était seule en ce 2 novembre 2020, mais ça doit être une erreur, un accident statistique. Comme l’homosexualité en Russie ou la brutalité policière en Corée du Nord…

Chez nous en France, les rentrées se passent toujours bien et les chiffres restent optimistes : peu de drogue, de radicalisation, de pédophilie, de dépression, d’agressions de profs …

La grande muette s’est faite grande mytho.

Juste 400 incidents pendant cet hommage national, dont une dizaine de sérieux !

Un peu comme les 3528 cas de COVID chez les 0-19 ans selon JMB sur cette semaine de rentrée. Alors que CheckNews évalue ce chiffre à plus de 25 000.

Il serait temps que ces complotistes arrêtent un peu leur salade.

You Might Also Like:

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com